Le recours aux forêts

de Robin Hunzinger

92 min/ 52 min (HD)

 

Une production Ana Films / Vosges Télévisions / RTGE

Avec la participation du CNC, de la Région Grand Est, de l'Eurométropole de Strasbourg, et de la Procirep-Angoa

 

Page Facebook du film 

Site de Robin Hunzinger - La cavale 

Sons de Marc Namblard

Pourquoi, à cinquante-six ans, Erik Versantvoort a-t-il décidé de quitter son métier pour habiter une cabane en planches au fond de la forêt vosgienne ?

Certains disent qu' il aurait voulu, dans un soudain besoin de liberté, tourner le dos à sa condition d'ouvrier pour vivre une aventure qui n'a duré qu'une année. D'autres disent qu'il se savait malade de façon incurable, et qu'il était parti dans cet ermitage perdu au milieu des montagnes vosgiennes afin d'y mourir.

 

J'ai rencontré Erik en avril 2017 et je l'ai filmé pendant six mois jusqu'à sa disparition le 16 septembre de la même année.

Avec ce film, je voudrais pénétrer les mythologies d'un homme qui a brusquement choisi de rompre ses liens avec la société pour mener une forme de vie élémentaire, peut-être parce qu'il était condamné et qu'il était temps de vivre fort.


Robin Hunzinger

Après des études d'Histoire et d'Histoire de l'art à Strasbourg, Robin Hunzinger suit des études de Cinéma à Jussieu avec Jean Douchet, Jean Rouch et Bernard Cuau. Depuis il réalise des films documentaires autour de l'histoire, de la guerre, des traces de la mémoire, de l'homme face à l'impensable et de la nature.

C'est un homefilmaker. Il écrit, lit, refilme, scanne, recadre, retraite, enregistre, monte et remonte, seul (souvent) dans son studio aménagé dans les Vosges.

Parmi ses principaux films, il faut citer Où sont nos amoureuses, Vers la forêt de nuages et Inventaire avant disparition.

Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals : Cinéma du réel (Paris), Etats généraux du film documentaire de Lussas, Festival international du film de Rotterdam, Festival de Thessaloniki, Festival de Beyrouth, FIGRA... Il a obtenu deux étoiles de la SCAM, mais aussi le Grand prix du festival Traces de Vie en 2008, le Ahmed Attia Award au MEDIMED en 2011, le Prix international FREEDOM au Luxor African film festival, le Prix spécial du Jury au Festival international Panafricain de Cannes et le Best Documentary Feature Film au Martinique international Film Festival en 2016.