Train Hard Win Easy

de Rémy Nouet

52 min

 

Une production Ana Films

Avec la participation du CNC (aide au développement)

Vivre pour courir et courir pour vivre. Voilà comment on pourrait résumer le parcours d’Edward, marathonien kenyan d’une trentaine d’années et père de deux enfants, réfugié en France depuis le 4 mai 2013 suite à plusieurs agressions subies dans son pays d’origine.

 

Depuis son enfance au Kenya, Edward s’est bâti un corps pour la course à longue distance, parfois non intentionnellement. Les dix kilomètres entre la maison et l’école ou encore les vingt litres d’eau transportés quotidiennement sur les épaules, de la rivière jusqu’au village, sont aux fondements de ses performances.

 

Il enchaîne les victoires dans le sud de la France, au point d’être aujourd’hui le champion du Pays d’Aix- en-Provence. Les récompenses finissent en grande partie dans une enveloppe afin d’être transformées en vêtements ou en cahiers d’école pour ses deux filles restées au pays avec leurs grands-parents, avant de pouvoir légalement rejoindre leur père. Les trophées, quant à eux, sont parsemés chez les différentes familles qui l’ont accueilli en France.

 

Mais son parcours est semé d’embûches. Malgré ses progrès en français et tous les efforts qu’il déploie pour son intégration, Edward reçoit, peu avant Noël, un appel de son avocat. Silencieux, ses yeux s’embuent. Il raccroche : « It’s negative ». Edward est débouté... Il doit tout reprendre à zéro.

 

Ce n’est pas le premier obstacle, et ce ne sera pas le dernier. Edward le sait et ne doit pas se décourager. Mais comment trouvera-t-il la force de continuer ?

 

En mettant en parallèle ses deux combats, l’un sur le plan sportif et l’autre au niveau de sa situation sociale, le film questionnera la transposition des valeurs liées au sport dans le cadre de la vie de tous les jours.

 

La persévérance, l’endurance, la patience, le surpassement de la souffrance, le courage, le positivisme sont autant de notions sur lesquelles Edward travaille dans chacune de ses deux quêtes. Le film cherchera aussi à évoquer toute la dimension altruiste qu’Edward applique dans sa course pour la course, et sa course pour une vie saine : le partage, la solidarité, l’ouverture, la tolérance...

 

« Train Hard Win Easy » est une devise des coureurs kenyans, une philosophie dans laquelle s’entremêlent combat personnel et humanité.

Rémy Nouet

Rémy est réalisateur de films publicitaires chez Numeo Production depuis 2012. Après un master en production cinématographique ( pendant lequel il écrit son mémoire "Prévoir l'imprévisible dans l'écriture documentaire"), il s'emploie à réaliser un court métrage dans le cadre de la série "Je me souviens de la méditerrannée" où il rencontre un marathonien kenyan qui deviendra son personnage principal. Sa rencontre avec Edward ne se limite pas à ce court métrage à partir duquel il commence, dès 2014, à envisager une version longue.
Après avoir réalisé plusieurs films documentaires institutionnels, il se lance en 2016 avec Ana Film pour construire ensemble le film qu'il rêve depuis maintenant 4 ans.